Musiques, Danses et Chants Mandingues :
Afrique Occidentale


Stages de Kamélé n’goni près d’Angers

Initiation au Kamélé n’goni

Dalilou propose des stages de Kamélé n’goni près d’Angers, à l’espace loisirs de Pellouailles-les-Vignes, à Verrières-en-Anjou. Ces stages de n’goni auront lieu une fois par mois d’octobre à juin pendant un week-end.

Instruments enseignés : Kamélé N’goni. prêt d’instrument possible pour les débutants (à indiquer sur la fiche d’inscription).

Tarifs : 20€ le stage

Lieu : Comment venir à l’atelier ? Les cours ont lieux à l’espace loisirs de Pellouailles-les-Vignes, en Maine-et-Loire. (Espace Loisirs – 11 rue des Vignes – PELLOUAILLES-LES-VIGNES). N’hésitez pas à entrer dans l’école, la salle se trouve au fond de la cour sur la gauche. Si vous êtes intéressé, il y a possibilité de faire du covoiturage entre les adhérents depuis Angers.

Animateur : Pierre Marchand et Nathalie Ménar

Les prochains stages de Kamélé n’goni près d’Angers :

Calendrier des stages mensuels / un samedi par mois :
10 octobre
7 novembre
12 décembre
23 janvier
13 février
13 mars
10 avril
15 mai
12 juin

Stages d’initiation au kamélé n’goni de 14h00 à 15h30 – 3 à 5 places

Modalités d’inscription : Les inscriptions sont ouvertes toute l’année. Inscription par mail : contact@dalilou.fr

📩Fiche inscription à télécharger ici – Inscription obligatoire par mail à l’adresse contact@dalilou.fr

Stages de Kamélé n'goni avec Mad Lenoir, Angers, Maine-et-LoireLes N’goni en Afrique de l’ouest

En Afrique de l’ouest et dans la tradition Mandingue, les gonis font partis des instruments à cordes (cordophones) de la famille des harpes luths. Il en existe trois : le djeli n’goni, le donso n’goni et le kamele n’goni. A chaque goni correspond un profil d’homme, des circonstances de jeu et des spécificités de fabrications.

Le djeli n’goni

Le djeli n’goni est le plus ancien des trois. A l’origine constitué d’une seule corde, il était joué par les bergers puis aurait été revisité au Moyen Age, époque à laquelle on lui attribue 3 nouvelles cordes. Il devient alors le luth des griots par excellence. Seules les deux cordes du milieu sont jouées, les autres n’étant que des bourdons.

Le Donso n’goni

Le Donso n’goni est lui aussi un instrument sacré comme le djeli n’goni. Communément appelé le goni des chasseurs, celui ci aurait le pouvoir d’attirer le gibier avec ses sonorités basses. Uniquement joué par les initiés, il accompagne et anime également les funérailles. Le donso n’goni est fabriqué à partir d’une calebasse, faisant office de caisse de résonance, elle-même recouverte d’une peau traversée par un manche composé de 4 à 6 cordes sur laquelle est posé un chevalet. Les cordes sont montées perpendiculairement à la table d’harmonie et classent ainsi ce luth dans la famille des harpes luth.

Le kamele n’goni

Le kamele n’goni (également reconnu comme harpe luth) a été créé à la fin du XXème siècle, pour une utilisation profane, à l’inverse des deux autres. Il est le plus récent des trois instruments et ressemble de près au donso n’goni dont il s’inspire. Composé de 8 à 12 cordes il est inventé pour se substituer au donso n’goni reservé aux chasseurs. Surnommé « la kora des jeunes », le kamele n’goni s’accorde sur la voix du musicien dit n’goni fola (joueur de n’goni). Il utilise une gamme pentatonique et est au service de la mélodie et du chant.